L’Autre Version, du bistrot à prix gastro

×

Message d'erreur

  • Deprecated function : Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_display has a deprecated constructor dans require_once() (ligne 3161 dans /homepages/34/d485329272/htdocs/includes/bootstrap.inc).
  • Deprecated function : Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; views_many_to_one_helper has a deprecated constructor dans require_once() (ligne 127 dans /homepages/34/d485329272/htdocs/sites/all/modules/contrib/ctools/ctools.module).
Mardi, Mai 24, 2016 - 00:45

L’Autre Version, c’est l’expérience d’un service et d’une salle rare. Si les deux propriétaires n’en sont pas à leur coup d’essai, ce nouveau challenge mérite quelques éloges.

L’ambiance d’abord, oscille entre baroque et contemporain. De lourds rideaux de satin rouge, une peinture argentée s’accommode de lampes Tool, de toiles d’artistes locaux, d’une large vitre ouvrant sur une cuisine lustrée, et d’un piano à queue, peuplé de bouteilles de vieux rhums. C’est sans doutes ces associations franches et assumés qui en font l’une des plus belle salle de restaurant de l’île. Notons par ailleurs, qu’il est encore plus aisé d’apprécier un tel décor lorsque le service est professionnel. Une suite de sans fautes je vous l’assure, de l’accueil au service de l’apéritif en passant par la présentation du menu avec en sus l'indication de la provenance de chaque produits. On s’offusque à peine des quelques notes de sarcasme, ou d’humour à vous de voir, du serveur-propriétaire, et on se laisse bercer par ce récital de plats de bistrot traditionnel, de créations maison et d’ingrédients de saison.

Bien que l'on voudrait continuer à planer, le réveil est brutal à la dégustation des entrées, malgré un choix peu risqué. Le foie-gras poêlé à la cuisson exemplaire, est noyé sous une réduction de vinaigre de framboise, un visuel peu ragoûtant. Une acidité fruitée que l'on aurait voulu plus mesurée sans doutes. Dans la même veine, la terrine de foie gras servi avec une poire conférence pochée aux agrumes manque d'équilibre. Le pochage passe quasi inaperçu et n'apporte pas le twist nécessaire à une terrine tout aussi fade. Il aurait peut-être fallu inverser les condiments et accompagnement. La poire pochée avec le foie gras poêlé et quelques pointes de vinaigre balsamique, la réduction de vinaigre avec le foie gras mi cuit. Dernière entrée, dernière frustration, les ravioles de lambi, seul produit hors saison de la carte, manque de saveur. La suite de notre expérience a de quoi nous réconcilier avec les attentes nourries du décor et du service (l’excellent vin n’est pas non plus étranger à ce revirement de situation). La blanquette de veau traditionnelle, parfumée de poivre, laurier et à la sauce témoigne de l’âme de bistrot du menu de l’Autre Version. Les ouassous incroyablement fondants au safran apportent une dimension bistronomique au restaurant. Simplicité et équilibre des saveurs pour ce plat à la fois doux et épicé que l’on oserait presque commander une deuxième fois. Les accompagnements, un riz basmati cuit pilaf parfumé à la cardamome, à manger seul, et une purée de banane plantin, sans doute la meilleure qu’il m’ait été donné de goûter.

Me voilà rassuré, plus qu’un décor, la cuisine sait offrir de véritables surprises. Vient ensuite le dessert, les crêpes Suzette, grand classique pas même réinterprété, et le mi-cuit au chocolat hommage aux amoureux de grand cru, raffraichit d'une glace maison à l'Amaretto. On la voudrait peut-être plus puissante, quoique nous l'avons commandé une deuxième fois.

L'Autre Version, est un repère finalement de frustration, un repas en dents de scie qui invite à renouveller l'expérience en espérant qu'elle soit constante et plus riche en émotions. on y viendrait presque pour l'apéritif, pour apprécier une cave bien approvisionnée et une des plus belles salles de l'île. Mais il faut le dire, au vue et au goût de la carte, il s'agit d'un bistrot à prix gastro.

 

 

Galerie Images: 

Ajouter un commentaire